Kant

Figaroscope – semaine du 25 avril au 1er mai 2007

Notre sélection

Dès 7 ans
Conte philosophique
Kristoffer a 8 ans, et il ne trouve pas le sommeil. Des questions existentielles le taraudent : qu’est-ce-que le rien ? L’infini a-t-il un bord ? Il imagine qu’un géant habite le vide, là où personne n’a jamais été. Trois comédiens-manipulateurs entourent cet enfant marionnette et tentent de calmer ses angoisses. Cette création troublante et rare interroge, sans donner de réponse, notre compréhension du monde.


La terrasse – n° 156 – mars 2008
KANT

Une mise en abyme scénique et textuelle

Interrogeant l’enfance à l’endroit de ses peurs et de ses perplexités existentielles, Jon Fosse nous livre un conte philosophique d’une grande délicatesse. Un conte que Bérangère Vantusso s’approprie en concevant un univers fait de jeux d’ombres et d’une marionnette.

« Je m’appelle Kristoffer, et j’ai huit ans », dit l’enfant. « Tout à l’heure je pensais à l’univers. L’univers, c’est quelque chose que je n’arrive pas à comprendre. Je n’arrive pas à comprendre comment il peut être infini, car tout a une fin, tout a un bord, à un endroit ou à un autre. Mais si l’univers a une fin, qu’est-ce qu’il y a après l’endroit où il finit ? ». Confrontant son monde d’enfant au vertige de questionnements métaphysiques, le jeune Kristoffer met des mots sur ses angoisses, sonde ses premières prises de conscience, tente de définir le champ des possibilités et des impossibilités du tout dont il fait partie. Et si un géant existait dans l’univers, se prend-il à penser, un géant tellement gros que personne ne pourrait le voir… Et si nous n’existions que dans les rêves de ce géant… Visitant à la fois l’hyperréalisme des manipulations marionnettiques et la fantasmagorie du théâtre d’ombres, Bérangère Vantusso élabore un spectacle tout public (à partir de 7 ans) d’une grande acuité. Un spectacle en forme d’invitation à la réflexion et à l’imagination.
Car les judicieux paysages sonores et visuels auxquels donne naissance ce Kant – illustrant certains aspects du texte mais aussi les innombrables rêveries de Kristoffer – guident enfants et adultes sur les pas de leurs propres perspectives intérieures. Des perspectives pouvant, à l’occasion, se nourrir de la mise en abyme que l’utilisation de la marionnette fait apparaître. Servant magnifiquement le propos de Jon Fosse, trois manipulateurs prennent en charge les mouvements et la parole du pantin avec lequel ils semblent faire corps, lui insufflent comme par magie une apparence de vie. Par leur entremise, la question du réel et de l’illusion, le mystère lié à l’essence du vivant, s’affirment de façon frappante au cœur du plateau. Ainsi, interprètes de phrases qu’ils n’ont pas écrites, artisans de mouvements qui portent plus loin que leurs propres mains, Anne Dupagne, Guillaume Gilliet et Philippe Rodriguez-Jorda offrent un écho supérieurement poétique à la puissance d’écriture de l’auteur norvégien.

Manuel Piolat Soleymat


Lamuse.fr

Kant
De Jon Fosse
Conte philosophique pour enfants.
Mise en scène Bérangère Vantusso .

Le titre est pour le moins sérieux, voire rébarbatif… Le spectacle, contemporain sur le plan de la mise en scène, est magnifique. L’histoire de Kristoffer, 8 ans, pourrait être celle de beaucoup d’enfants, car elle parle des angoisses nocturnes. Ce qui est moins banal, c’est que, avec ses mots, il aborde les questionnements existentiels. « Je m’appelle Kristoffer. Je suis au cours élémentaire, et je n’aime pas les choses que je n’arrive pas à comprendre. Ça me fait peur ».
Une des questions qui hante Kristoffer concerne l’univers : est-il infini ou non ? Son père, en train de lire dans la pièce voisine va lui apporter des éléments de réponse.
Bérangère Vantusso a fait le choix de traiter le personnage de Kristoffer en marionnette. Manipulé à un, deux ou trois, il mesure 1m20 et ressemble à s’y méprendre à un petit garçon de huit ans en pyjama. C’est fascinant.


Paris Mômes

Kant

Le spectacle Kant mêle marionnette et jeux d’ombre pour de grandes questions.

Tous les soirs à l’heure de s’endormir, le petit Kristoffer, 8 ans, pense à l’univers et cela lui fait peur. Car, soit l’univers a un bord et alors, se demande le petit garçon, que peut-il y avoir de l’autre côté ? Soit l’univers est infini, mais alors, c’est trop vertigineux pour qu’on puisse le penser. Et si au fond nous existions que dans le rêve d’un géant ? dit l’enfant à son père. Kant en norvégien signifie « bord » ; c’est aussi bien sûr le nom du philosophe que Kristoffer pourra lire quand il sera grand… Intelligemment adapté d’un beau conte philosophique de l’écrivain norvégien Jon Fosse, le spectacle de Bérangère Vantusso met en scène une marionnette réaliste manipulée par un, deux ou trois comédiens – qui endossent chacun à leur tour les rôles de l’enfant, du père et de la mère – dans une scénographie d’images projetées et de jeux d’ombres qui forment comme les pensées tourmentées de l’enfant. Un spectacle tout en délicatesse.
MB